juin 02, 2011

"Ensemble, nous pouvons beaucoup. Ensemble, nous pouvons surmonter cette épreuve"

Déclaration de Xavier Beulin sur la sécheresse



"La sécheresse est là en France, et, sans fatalisme ni pessimisme, la désolation s'installe dans les campagnes. En effet, au moment où les rayons du soleil ravissent la restauration, l'habillement et le tourisme, l'agriculture souffre.



A la FNSEA, nous avons engagé l'ensemble de notre réseau dans des opérations de solidarité visant à contractualiser de la paille de céréaliers à éleveurs. Ça marche mais ce n'est pas et ça ne sera pas suffisant.



Il faut faire plus, il faut faire mieux. Il s'agit de mobiliser l'ensemble des acteurs et avouons-le, toute initiative solidaire va dans le bon sens.



De déplacements sur le terrain en visites d'exploitations, nous voyons les plus durs d'entre nous baisser les bras et nous ne pouvons pas l'accepter ! Des départements ont choisi de faucher l'herbe autour des routes, c'est utile. Certains de nos concitoyens donnent le foin issu de leurs parcelles, mêmes petites, il faut les en remercier. La SNCF pourrait rouvrir ponctuellement des gares rurales pour le fret de paille. Eh bien allons-y ! Pourquoi pas une action solidaire aux péages d'autoroute pour le transport de paille... gratuit. Quid de l'armée et de ses équipements pour nous aider ? Tout cela peut aller dans le bon sens et donner de l'oxygène aux paysans même s'il faut, avant, tout reconstituer les trésoreries des exploitations. Sur ce dernier aspect, le Gouvernement, l'Union Européenne, les banques, les organismes sociaux et les assurances sont attendus.


Ensemble, nous pouvons beaucoup. Ensemble, nous pouvons surmonter cette épreuve. Il y a la volonté et les gestes qui sauvent au premier rang desquels celui de ne pas broyer la paille disponible pour la garder afin de maintenir les animaux en vie. C'est essentiel et vital ! L'unité paysanne n'est pas un vain mot. Face à la sécheresse, face au destin, face au défi alimentaire, l'heure n'est plus à tergiverser, l'agriculture doit redevenir une grande cause nationale. J'attends du Président de la République les mots et les actes qui peuvent donner cet espoir et montrer le réel besoin d'agriculture. Dépassons les intérêts et les égoïsmes, l'urgence doit séparer l'essentiel de l'accessoire".




Xavier Beulin - Président de la FNSEA

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quid de l'armée...Mais bon bon messieur, entre l'afghanistan, la cote d'ivoire, la libye, le Tchad, le Liban, le Kosovo, l'ex yougoslavie, le gabon, le senegal et le reste, de quelle armée parlez-vous? Elle est dans le meme état que le service publique, elle n'existe plus pour les concitoyens mais que pour les politiques...

Anonyme a dit…

http://www.eolewater.com/

Et si par le plus grand des hasard vous aviez la solution à la sècheresse sous votre nez?

Allez voir ce site web d'un francais qui a trouvé quelque chose de surprenant et il cherche justement des acheteurs français pour son produit UNIQUE au monde et qui je n'en n'ai aucun doute pourrait fortement vous aider à traverser cette sécheresse.

Ecrivez au ministre qui votera les budgets appropriés pour supporter ce français et cela évitera par le fait même les forts nombreux versement d'indemnités agricoles dûs à cette pénurie d'eau.

Un québécois

Hervé PILLAUD on 11 juin 2011 à 17:19 a dit…

En Vendée : après le gypse, la paille

En 2010 la FDSEA 85 s’est engagée pour permettre aux exploitants sinistrés de disposer du gypse nécessaire pour remédier à la stérilité des sols. Non pas que d’autres dont c’est le métier n’étaient pas en capacité de le faire, mais parce que c’est dans notre mission, dans notre culture de s’investir dans de telles opérations. Etre présent pour tenir les prix, pour accompagner l’organisation des chantiers, ne laisser personne au bord de la route.
En 2011 Partout en Vendée : du bocage de Mortagne au marais de Bouin les fourrages manquent, les blés sont clairsemés, les pailles sont rares.

Après 2001,2007 puis 2010, 2011 va nécessiter à nouveau une implication très forte de notre réseau. Nous allons devoir innover, convaincre, trouver des solutions. Depuis deux semaines nous avons commencé à recenser les besoins. Chaque président local a les éléments pour recevoir les demandes.
La paille, ou la trouver : d’abord en Vendée, à situation exceptionnelle, engagement exceptionnel, aucun ha de blé, d’orge ou même de colza qui peut être bottelé ne doit être broyé mais aucun andain gardé ne doit rester sur le terrain. Pour cela nous allons d’abord organiser les choses sur le département, mais la paille de Vendée ne suffira pas : du Vexin et du Pas de Calais aux plateaux de Valladolid rien ne nous arrêtera, en retroussant nos manches, la paille nous la trouverons.
C’est l’intelligence des agriculteurs qui permettra de passer le cap.

Anonyme a dit…

brioude.jean-claude@neuf.fr c'est dimanche
j'arrive du marche.des concombres aucun sur les etals; si provenance TURQUY 4 concombres tous rabougris 15 cm de long 1EURO 50 .Alors que toute la semaine on nous a montre a la tele que l'on jetait des tonnes de concombres invendu
(une honte).j'ai rencontre un ami retraite complaitement decourage ;les legumes trop cher!!

Enregistrer un commentaire

Les contributions insultantes, n’ayant rien à voir avec les sujets, ou dont le seul but est de créer du trafic sur d’autres blogs ne seront pas publiées.

 

Blog officiel de la FNSEA Copyright © 2009